Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 15:10
L'environnement

On nous parle beaucoup de la protection de l'environnement, c'est un sujet qui fait vendre. Il fait vendre des taxes, il fait vendre des candidats politiques, mais finalement, il n'est qu'une manière pitoyable de récuperer les grandes idées, celle d'un respect véritable de notre planète. Il me semble qu'il est temps de se rappeller que tout ce que nous construisons, nous le devons à la nature, qui est la mère de toutes les matières premières que nous utilisons pour vivre ou pour répondre à nos caprices. Il est donc capital et même - logiquement - dans notre intérêt, de la préserver. Ce qui est difficile, dans un monde où l'argent est plus important que la vie elle-même. En effet, les questions monétaires sont fantastiques, car elles arrivent même à se placer au-dessus de la question de notre propre survie.

Si je m'exprime de cette manière, c'est pour de nombreuses raisons que je vais énoncer. Pour commencer, il est incroyable de constater à quel point nous, européens, payons pour la pollution émise par des pays n'ayant même pas signé le protocole de Kyoto - même si je ne crois pas beaucoup en ce genre de protocole - il s'agit là d'une perversion de grande classe. Les causes principales de la pollution, sont, dans l'ordre, les transports effectués d'un pays à l'autre bout du monde, simplement pour payer moins cher nos produits, les usines et centrales qui bousillent notre air et qui sont nécessaires à la production acharnée de nos denrées à moindre coût, les immeubles que nous nous devons de construire, encore et encore, pour répondre aux enfants que nous pondons juste par solitude, et les routes qui nous servent à aller travailler à des milliers de kilomètres, car nous sommes cruellement incapable de créer quoi que ce soit localement, le prix en serait trop élevé. Vous pouvez constater dans cet argumentaire en quoi la vie est moins importante que l'économie. Les principales raisons de la pollution sont presque constamment liées à l'argent, au fait que le peuple désire par dessus tout consommer, et le moins cher possible. Heureusement qu'il possède la télévision et le recyclage pour se rassuer, qu'il peut continuer à croire que le tri des déchets - bien qu'étant utile - est d'une utilité prodigieuse à la sauvegarde de l'environnement. Il est vrai que si le prix n'était pas la principale préoccupation du peuple, les taxes sur les sacs en plastique n'auraient jamais vu le jour.

Dans un domaine plus complexe, le fait que l'on puisse vendre de la terre est également un fait problématique. Voyons, tout ces clochards et ces sans-abris qui pourraient construire leurs maisons par eux-même si le terrain n'était pas systématiquement une valeur que l'on doit acheter. Le plaisir et les moyens de l'atteindre - l'argent - sont devenus la principale source de joie de vivre dans notre monde, et le pervertisse peu à peu, mais surement. C'est pour cette raison que les plus beaux paysages seront la proie des investisseurs qui se moquent de pervertir la nature, du moment qu'ils peuvent obtenir un semblant de profit. Beaucoup me diront que la situation n'est pas si grave que ça, qu'il nous reste beaucoup de forêts, beaucoup de matières premières. A ceux-là je répondrais, croyez-vous vraiment qu'il y'a de la place sur terre pour toutes les choses que peut vous offrir ce système pour répondre à vos désirs ? Evidemment, non. C'est pour cela qu'il me semble également capital d'agir enfin, plutôt que de subir. Lorsque je lis dans mon journal que des grandes compagnies sont prêtes, en Argentine, a salir la principale source d'eau de ce peuple pour extraire de l'or, je ne peux que me révolter. C'est innacceptable. L'eau, la vie, se doit d'être supérieure en intérêt, que l'économie de quelques particuliers.

Si nous en sommes là, c'est bien sur la faute des gouvernements, mais aussi la faute de ma - votre - passivité, peuples du monde. Nous n'en sommes plus au temps où nous pouvions accepter tout et n'importe quoi simplement par envie de bien paraître, par plaisir, par facilité ou par caprice. Nous entrons dans une nouvelle ère, où il est temps de dire stop à l'exploitation des biens de notre planète simplement par futilité. Il est facile de se dire innocent. Je ne le suis pas, vous non plus. Pensez-vous que l'amazonie aurait été déboisée comme elle l'était aujourd'hui, si, plutôt que d'utiliser des tonnes de papiers dans le but de tout noter et de tout répértorier dans le seul but de pouvoir se dire que l'on a travaillé, pour la simple raison que nous sommes incapables de faire confiance à l'autre, nous arrêtions tout ces travaux futiles qui nous demandent des pages et des pages ? Pensez-vous que nous serions à court de pétrole si nous étions capable de nous demander ce qui serait le mieux pour l'endroit où nous habitons, et que nous le mettions en pratique, plutôt que d'aller chercher un travail de comptable à St-Bertelesmiches ? Pensez-vous que la couche d'Ozone serait dans un pire état si nous arrêtions de faire produire nos utilitaires à des pays dont les conditions de travail, l'énergie qu'ils emploient, et l'éloignement géographique qu'ils représentent au niveau de la pollution sont un danger véritable ? Pensez-vous que notre vie serait immonde si plutôt que de changer d'Iphone à chaque nouvelle version, nous gardions notre bon-vieux téléphone portable ?

La réponse à toutes ces questions est non. Nous nous en porterions mieux. Nos enfants s'en porteraient mieux. La planète s'en porterait mieux. Merci de votre attention.

 

[ Liens annexes :

1. https://fr.wikipedia.org/wiki/pollution -- 2. http://www.notre-planete.info/environnement/pollution_air -- 3. https://fr.wikipedia.org/wiki/Réchauffement_climatique -- 4. http://www.un.org/fr/climatechange/science.shtml ]

Repost 0

Recherche

Catégories