Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 14:45
La légalisation du cannabis

En suisse, nous entendons souvent parler des méfaits de la drogue. Hors, la notion de drogues est quelque chose qui me semble être mal compris. Une drogue, c'est une substance, un fait, qui provoque une habitude, une dépendance, une addiction. La différence entre la dépendance et l'addiction est qu'un dépendant l'est uniquement de part son envie de reconsommer, tandis que l'addiction est un symptôme physique.

Cependant, ces termes sont variables. La télévision, le téléphone, le sexe, sont aussi des formes de drogues. En ce sens que, comme le cannabis où l'héroïne, elles changent notre vision des choses et notre état psychique, et que l'on y est rapidement dépendant. On pourrait même parler d'une forme d'addiction. En effet, je pense qu'il y'a beaucoup de gens qui se sentent mal si ils ne peuvent pas se poser devant la télévision, téléphoner, ou baiser. En ce sens, ce que l'on appelle usuellement les drogues paraissent déjà moins terrifiantes. La légalisation des produits psychotropes, notamment du cannabis, est une expérience qui a déjà été tentée dans de nombreux pays. En Hollande, nous pouvons consommer dans des coffee shops, sans pour autant que le pays s'en porte plus mal que les autres. En Espagne, au Portugal, nous avons le droit d'avoir une certaine quantité de marijuana dans nos poches. Et qu'on ne mette pas le chômage sur le dos de Marie, il s'agit là de faits économiques. Le cannabis est une plante possédant de nombreuses vertus médicales, et qui aide à la méditation. Chose qui, évidemment, n'est pas tolerée dans notre système.Il y'a évidemment des drogues que l'on qualifie de plus dangereuses, mais qu'en est-il des remèdes. En discutant dans un centre d'aide aux toxicomans, avec le gérant, j'ai appris - par exemple - que la méthadone était plus addictive que l'héroïne. C'est à dire que quelqu'un qui cesse l'héroïne garde une forte dépendance psychique, mais qu'une semaine suffit à s'en défaire physiquement. J'ai d'ailleurs connu quelqu'un qui a réussit à arrêter cette drogue en quelques jours, en s'enfermant dans sa chambre.

D'ailleurs, pour comparaison, la cigarette est jugée par certains comme entrainant une plus grande addiction physique que l'héroïne. Quant à la cocaïne, il s'agit de la drogue des cadres. Le grand constructeur immobilier Bernard Nicod, et le présentateur vedette de l'émission débile - mais si drôle - toute une histoire, Jean-Luc Delarue, consommaient à outrance cette substance blanche. Ils n'en sont pas mort. Du moins, l'un d'eux est mort médiatiquement et ils ont écoppés de poursuites judiciaires. Mais ils vivent. Et ils ne semblent pas si atteint, lorsqu'on les voit. On peut constater, de part ces exemples, que la dépendance et que l'image qu'elle donne, est bien souvent un faux-problème que l'on brandit pour expliquer les clochards, les marginaux, et l'échec sociaux de certaines personnes, avant même de penser qu'ils ont vécus des viols, des tortures, la pauvreté, et que leur volonté de s'en sortir à été détruite. Je pense qu'en stigmatisant ces gens comme dépendant, nous ne les aidons pas. La drogue, la dépendance, est une affaire qui nous concerne tous. Pour ces raisons notamment, je milite pour la dépénalisation. Pas seulement pour le cannabis, mais pour toutes les drogues existantes. Si elles sont vendues librement, à des adultes, il sera possible à notre société de mieux contrôler les personnes atteintes d'une forme d'addiction. De plus, ils pourront se fournir sans craindre d'être la victime d'un produit coupé avec d'autres substances dangereuse. Il y'a de cela des années, la presse s'est insurgée contre la mort de nombreux cocaïnomans à cause d'un idiot l'ayant revendu coupée avec je-ne-sais quelle merde. La dépénalisation réglerait déjà ce problème.

Ce qu'il faut comprendre également, c'est que de nombreuses personnes consomment sans se montrer - il s'agit même ici de la majorité - et que donc, ils n'entrainent aucune gène. La personne qui va faire son travail correctement et qui, en rentrant, se pique ou alors sniff un rail, elle n'apporte aucun problème à notre société. Je dirais même que c'est notre système qui apporte des problèmes à cette personne, car il suffit qu'un employeur ou un ami l'apprenne pour qu'elle soit stigmatisée et entre alors en dépression, perde son travail, et même le soutien de ses proches. Il s'agirait aussi d'un travail futile de moins que l'on offre à notre police, qui pourrait alors plus se préoccuper de la vague de cambriolages qui sévit en Suisse, comme nous le dise les journaux. Et finalement, il faut voir ce que l'on appelle la dépendance. J'ai connu des personnes qui fumait un joint chaque dimanche, pour se relaxer. Il ne s'agit ainsi, pas d'un dépendance, mais d'un petit rituel personnel, pour se faire plaisir en fin de semaine. Nous pourrions sans doute dire pareil des fêtards qui sniff une ligne de cocaïne si ils en ont l'occasion, ils utilisent un produit psychotrope pour changer leurs perceptions, mais pour autant, ils n'en sont pas dépendant.

 

L'autre problème de cette manière dont on pénalise les drogues, c'est qu'on incite alors les gens à ne pas s'intéresser à d'autres applications que peuvent avoir certaines plantes, comme le cannabis. Cette plante possède une myriade d'applications, et pas seulement thérapeutique. Plutôt que d'utiliser des matières synthétiques pour les voiles de nos bateaux, savez-vous que nous pourrions utiliser la fibre de cannabis ? Plutôt que d'utiliser des vêtements provenant de Chine pour nos enfants, savez-vous que nous pourrions les produire nous-même avec de la fibre de cannabis ? Plutôt que de mettre les cancereux en chimio-thérapie, savez-vous que nous pourrions leur faire fumer un bon joint ? En effet, cette plante, fumée, donne faim et attise l'euphorie, les deux plus grands problèmes lors d'une chimio-thérapie. Savez-vous également que le cannabis possède des vertus anti-parasites, c'est à dire que cette plante fait fuir les insectes nocifs d'un jardin ? Savez-vous également que cette plante nourrit le sol très efficacement ? Si vous ne le saviez pas, et bien maintenant, vous le savez. Nous pourrions, grâce à cette plante, limiter l'utilisation du pétrole, que nous servons pour produire du plastique, nous pourrions, grâce à cette plante, fabriquez nos propres vêtements, localement, à partir de sa fibre. Nous pourrions faire beaucoup avec cette plante, qui n'a pas pour seul utilité d'être fumée.

Egalement, il me semble utile de rappeller que de nombreuses drogues étaient utilisées par les chamans, dans les temps anciens, pour qu'ils puissent s'élever à d'autres niveaux de consciences. Dans une société sans conscience, je ne suis pas étonné que l'on proscrive cette usage. Cette élevation de spiritualité n'est pourtant pas une blague, à en juger l'histoire. Au siècle des lumières, de nombreux philosophes et militants se réunissaient en fumant de l'herbe, de manière à avoir l'esprit plus libre. Encore aujourd'hui, de nombreux musiciens qui avaient où ont encore beaucoup de talent, fumaient des herbes, ou alors, utilisaient la cocaïne pour se doper sur scène. Les drogues sont aussi un moyen de parfaire un art, en se libérant, physiquement ou psychiquement, de manière à voir les choses d'une autre manière. Pour ces raisons, je suis pour la légalisation de toutes les drogues. De plus, je ne pense pas qu'il y'aurait plus de drogués à ce moment. En effet, les consommateurs de ces produits, ceux qui en abusent, ont souvent une raison de le faire, et cette raison est souvent de gommer un passé difficile. Quelqu'un de sain d'esprit n'abusera, à mon avis, jamais de la drogue. Tout au plus se relaxera-t-il avec un produit psychotrope le dimanche soir, ce qui ne porte préjudice à personne.

 

[ Liens annexes:

1. http://www.24heures.ch/vivre/societe/Une-societe-sans-drogue-est-une-illusion/story/27088281 -- 2. http://www.chanvre-info.ch/info/fr/Bienfaits-du-Chanvre.html -- 3. http://www.livestrong.com/article/154603-what-are-the-dangers-of-methadone-addiction -- 4. http://www.lequotidiendumedecin.fr/information/appel-international-pour-la-depenalisation-des-drogues ]

Partager cet article

Repost 0
Published by Arnaud Némoz - dans Politique Philosophie
commenter cet article

commentaires

Marfak 11/02/2012 18:05

je comprends votre article à chacun pour trouver sa voie , pour ma part j'ai appris a être dépendant de rien, pour être libre de ne rien vouloir pour mon esprit sauf l'air que je respire et de
l'imagination pour me surprendre . http://artmajeur.com/marfak
p.s j'aime bien vos articles pour voir un autre monde , mes salutations.

Recherche

Catégories