Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 13:44
Le contrôle d'Internet

Il y'a quelques semaines, il s'est produit quelque chose de tout à fait incroyable, à savoir, la fermeture de Megaupload - un site de stockage et de téléchargement - et l'arrestation de son créateur. Tout cela par une même agence, le FBI. Cette plateforme avait pour crime, notamment, de proposer aux internautes de visionner des films sans qu'ils aient à les payer. C'était, pour le gouvernement des USA, une atteinte aux droits d'auteurs. Il s'agit d'une manoeuvre habile de la part de ce pays pour se débarasser de tout ce qui pourrait permettre d'accéder à la culture gratuitement. Car c'est bien les films, notamment, qui sont la culture de notre époque. Mais pire encore, c'est le début d'une lutte pour pousser le consommateur à acheter systématiquement, c'est le début d'une lutte pour détruire ce qui a fait la beauté d'internet, le partage simple de données. C'est un premier pas vers la censure. En effet, dans le fond, les films et les albums qui circulent sur la toile ont déjà été acheté, qu'il s'agisse d'un billet de cinéma pour ceux qui proposent le visionnage d'une oeuvre en CAM, ou du DVD / de l'album lui-même. Dans les faits, il s'agit simplement de partage, d'échange. En ce qui concerne le revenu des artistes ayant créer le produit, il me semble qu'il s'agit là d'une excuse de plus de la part des censors, la plupart des créations circulant sur la toile ayant déjà des millions, voir des milliards de bénéfice. Clairement, il s'agit même pour les artistes de se tirer une balle dans le pied, car limitant la pubilicité qu'ils obtiennent gratuitement. Mais ce n'est pas tout.

Megaupload n'est que le début d'une grande attaque visant à obtenir un plus grand contrôle sur les internautes tout en limitant la gratuité et l'échange. Un traité est également en préparation - du nom d'ACTA - visant à faire respecter le copyright de toutes les oeuvres circulant sur le net. Ce traité n'est pas encore en vigueur, heureusement, et le parlement européen - envers lequel je n'ai aucune confiance mais que j'implore - peut encore le rejetter. Car avec ACTA, il s'agit moins de faire respecter l'oeuvre d'un artiste que de censure. Si cet chose immonde était appliquée, les préstataires de services internet seraient à même de fouiller votre vie privée et vos actions dans le but de savoir si vous possédez des contenus échangés - c'est à dire, que vous n'ayez pas acheter - et de vous coupez votre accès à la toile après trois avertissement. De même, la police des frontières pourraient arrêter votre véhicule et s'emparer des vos appareils éléctroniques - Téléphone portable, lecteur Mp3, disque dur - pour savoir si vous possédez des contenus dit "pirates", en les détruisant le cas échéant, le tout avec une lourde amande pour votre gueule. Youtube, qui met à disposition des clips musicaux gratuitement, cesserait probablement d'exister.

En bref, c'est fini le temps où vous pouviez tester un jeu sur la toile, maintenant, il va falloir directement passer à la caisse. C'est fini le temps où vous pouviez regarder les films que vous vouliez, maintenant, il va falloir sortir le crache-fric. C'est fini le temps où vous pouviez échanger de la musique par des méthodes tel que le peer to peer, maintenant, il va falloir utiliser votre oseille. C'est fini le temps où vous pouviez consulter des livres gratuitement, maintenant, il va falloir faire pisser le porte-monnaie. Une formidable ôde au capitalisme actuel, et un grand coup de pied dans le cul aux principes d'échange et de coopération. Mais il y'a plus absurde, car si c'est à un prestataire de service de surveiller et de sanctionner, pour la première fois, l'autorité juridique serait donnée à un acteur privé.

Si il n'y avait que ça, on aurait déjà pas mal de raisons de vouloir faire crever cette idée rapidement, d'ailleurs des manifestations ont actuellement lieu dans de nombreux endroits d'europe, réunissant des centaines de milliers de participants. Mais ce traité n'est pas dangereux seulement pour votre vie privée, votre porte-monnaie, et le principe de l'échange et de la coopération. Non, ce traité est également dangereux pour ce qu'on appelle la liberté d'expression et de création. En effet, je vous rappelle que la plupart des images, provenant de jeux vidéos, de films, de pochettes d'albums, sont également sous la protection du copyright. Clairement, il est bien possible qu'à terme, avec ce traité, les internautes soient dans l'incapacité de créer des pages qui contiendraient une des mentions ci-dessus. En cela, il ne faut pas oublier l'histoire, et l'évolution rapide des lois liberticides au sein de l'union européenne, créer un code qui ne semble pas très dangereux pour finalement le modifier en catiminie, c'est une des techniques principales de nos gouvernements. Ils l'utilisèrent d'ailleurs récemment en autorisant finalement l'utilisation par la police d'un fusil de précision en cas d'émeutes. C'est toujours bon à savoir. Aussi, il est bon de se demander à quoi pourrait ressembler la toile après la mise en vigueur de ce traité. Il faut savoir, pour cela, ce que ce traité ne vise pas. Il ne vise pas la publicité, on s'en doutait. Il ne vise pas les écrits personnels, le dialogue, les médias majoritaires. En fait, pour tout ce qui possède rapport à un produit existant, il y'a problème. Il restera la publicité pour les connaître, mais nous ne pourrons en discuter. Tout cela est fait au nom du droits des marques et des brevets. Pour ces raisons, les organisateurs d'ACTA pourraient également freiner l'accès aux médicaments génériques dans les pays pauvres. C'est dans ces moments que l'on constate l'avidité de l'humanité. Le message est clair : nous ne créons pas pour votre bien, nous créons pour notre argent. Pour toutes ces raisons, j'espère vivement que ce traité ne sera jamais appliqué.

En effet, lorsque grâce à l'idée du copyright, des gouvernements peuvent se permettre de contrôler la vie privée des internautes, de les priver de l'accès à la toile, de leur infliger des amendes, de supprimer les sites internets utilisant certaines images, de refuser toute forme de partage de donnée, il y'a perversion. Ce traité n'est rien d'autre, pour moi, qu'une incitation à cesser l'échange, et à payer, une incitation à l'abolition de toute forme de gratuité, une incitation à l'idôlatrie de la culture marketing, une incitation à l'absence de connaissance culturelle pour les plus pauvres. Comme le disait un article que j'ai lu à ce sujet, vous connaissiez Hadopi ? Et bien à côté d'ACTA, c'est rien.

 

[ Liens annexes:

1. http://www.20minutes.fr/high-tech/878938-acta-accord-international-fait-polemique-europe -- 2. http://fr.wikipedia.org/wiki/Accord_commercial_anti-contrefa%C3%A7on -- 3. http://www.soyoutv.com/societe/articles/acta/acta-conteste-par-le-president-du-parlement-europeen-25901.html -- 4. http://www.youtube.com/watch?v=7xyhBhf_qzg ]

Partager cet article

Repost 0
Published by Arnaud Némoz - dans Politique Philosophie
commenter cet article

commentaires

Martin1104 15/02/2012 11:12

Très bel article ! Merci d'avoir parlé de ce sujet.
En clair, je devrais fermer mon site qui contient plusieurs images placées sous Copyright ainsi que des musiques^^
Et comme c'est un site de jeux, j'ai des centaines de jeux placés sous Copyright...
J'ai lu quelque part que le président du parlement européen n'était pas d'accord avec cette loi, là je me suis dit "ouf, on va être sauvés^^" mais non, il pense juste que cette loi est "mal
rédigée", il veut la ré-écrire.
Merci pour ces infos.

P.S. Tu pourrais aussi rajouter que suite à la fermeture de Megaupload, la majorité des sites de téléchargement ont fermés pour ne pas finir en prison. Megaupload a aussi été re-crée sous le nom de
Meegaupload (http://www.meegaupload.net/)

Recherche

Catégories